fbpx
close
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies. En savoir +OK

Vous devez vendre pour acheter

Faut-il vendre, avant d’acheter son bien ?

Aujourd’hui, rien nous permet de dire que c’est la meilleure solution. Tout est affaire de marché, d’opportunité et de capacité financière de chacun.
Vendre, avant d’acheter ? Acheter avant de vendre ?
Nous allons vous donner les avantages et les inconvénients de chacun.

Vendre, avant d’acheter

 

Une fois son bien vendu, le vendeur disposera d’une partie de ses fonds lors de son prochain achat. Il n’aura donc pas à supporter les charges des deux logements. En revanche, il devra acheter rapidement, sous peine d’être obligé de louer un logement ou d’habiter chez des amis, dans la famille… Ce qui entrainera des frais de double déménagement !

 

Autre élément à prendre en compte : vendre un bien prend du temps. Temps du compromis, de rétractation du vendeur, de l’obtention par celui-ci de son crédit éventuel, de signature de l’acte… En général, trois à cinq mois, quand tout va bien. Ce temps peut s’allonge lorsque le marché est poussif et que l’offre est supérieure à la demande, avec des acquéreurs peu pressés de s’engager ou qui négocient longuement. Durant cet intervalle, des biens qui correspondaient à son attente auront peut-être été soufflés par d’autres acquéreurs…

Acheter avant de vendre

Le vendeur pourra accéder à un éventuel achat sans délai. Il pourra mettre en place un prêt-relais avec sa banque.

Le prêt-relais,

  • crédit-relais, prêt-achat-revente ou relais-achat peut importe son nom, la finalité de ce financement bancaire est la même : permettre à l’acheteur de financer son nouveau bien, avant qu’il ait vendu l’ancien.
  • Le principe : la banque rachète le crédit en cours sur le bien à vendre et fait une offre d’emprunt globalisant le capital restant dû de l’ancien crédit et la somme nécessaire au financement du nouveau bien.
  • Ce prêt est souscrit, selon un délai imparti qui n’excède jamais 2 ans, intervalle pendant lequel le bien devra avoir été vendu. La mensualité est fixe et lissée sur la durée du crédit.
  • L’offre d’emprunt destinée à financer le nouveau bien ne dépasse jamais 70 % de la valeur estimée du bien à vendre.